Arweave (AR) révolutionne les méthodes de stockage en ligne

Il est vrai qu’aujourd’hui l’ensemble des données émises sur Internet font face à quelques problématiques. Très souvent, il faut savoir vérifier ces informations. Comment savoir qu’elle n’est pas erronée ou que ce n’est pas un « fake » ? Le fameux info ou intox qui permet d’assurer la véracité de l’information. Quelle est la durée de vie d’une donnée émise de façon permanente par l’utilisateur sur la toile ? Lui, qui d’ailleurs sera surement incapable de connaître la durée de vie de sa publication ou de son commentaire. Encore plus problématique, la gestion centralisée de ces données avec un quasi-monopole de la part des GAFAM, ces grandes entreprises américaines telles que Amazon, Facebook ou Google ont pignon sur rue. C’est ici que le projet Arweave entre en jeu afin d’apporter des solutions à l’ensemble de ces problématiques au sujet des données sur Internet.

Les blockchains typiques d’aujourd’hui ont plusieurs problèmes majeurs quant au stockage des données. Cette action nécessite la création de blockchain dîtes de « seconde couche » ou « layer2 » en anglais afin de résoudre le problème. L’idée est de structurer une chaîne parallèle à la blockchain initiale afin de l’aider à stocker ses informations. Elles font face à des frais trop élevés pour que le stockage « On-Chain » soit réaliser. De plus, les données ne sont pas toujours stockées de façon permanente.

Au fur et à mesure que la demande en matière de données augmente pour une blockchain, le besoin d’un système de stockage décentralisé peu coûteux et évolutif devient une nécessité. Partons à la découverte du projet Arweave et découvrons les solutions mises en avant pour contribuer à l’amélioration du stockage des données mondiales.

Une liste de liens accessibles en bas de page est disponible afin de vous diriger vers nos articles qui traitent des sujets similaires. Comme par exemple les articles à propos de Polkadot ainsi que de la blockchain 5.0.

Arweave, l’écosystème au service des données

Arweave, l’écosystème au service des données

Genèse du projet Arweave

Le réseau Arweave a été mis sur pied grâce à la collaboration entre Sam Williams et William Jones. Le premier a eu une expérience dans les systèmes distribués et décentralisés et William a concentré son attention sur la théorie des graphs. Sam a abandonné ses études pour se concentrer à 100% sur le développement du projet Arweave, tandis que William a préféré quitter l’entreprise mi-2018 pour terminer son doctorat à l’Université du Kent.

Après le lancement de Arweave Sam a été nommé conseiller de Minespider, une société qui fournit un suivi logistique basé sur la blockchain pour l’industrie des matières premières. Le projet fondé à l’aide d’une organisation centralisée dispose depuis janvier 2020 de sa propre DAO (Decentralized Autonomous Organization). Elle se compose des principaux membres de la communauté afin de favoriser le développement du réseau.

La communauté d'Arweave

La communauté d’Arweave est décentralisé et continue de croître

La vision de Arweave

Tout d’abord, le projet Arweave tente de résoudre deux problèmes dans la conservation des données. Dans le passé, les archives, que ce soit pour Internet ou tout autres domaines étaient conservées par une seule institution de façon centralisée. De ce fait, les données étaient totalement vulnérables. Arweave propose un mécanisme afin d’améliorer la garantie de ces archives. Dans un premier temps, les documents pourraient être falsifiés ou modifiés avant leur stockage. Dans un second temps, ceux-ci pourraient être modifiés ou endommagés pendant la phase de stockage.

Arweave propose une solution afin de régler ces deux problèmes :

Une fois le document déposé et stocké sur la blockchain, il est lié cryptographiquement à tous les autres blocs. Cela permet de garantir le fait que toutes les tentatives de modification du contenu du document seront rejetées par le réseau. De cette façon, les données restent immuables et sécurisées.

Le projet Arweave

Arweave représente un réseau parallèle à Internet, qui fournit sur le long terme des fonctionnalités de stockage. Cette solution manque cruellement à l’Internet d’aujourd’hui.

Le composant essentiel d’Arweare permet aux développeurs de créer facilement des applications décentralisées (dApps) et d’utiliser les données en parallèle. Il peut s’agir par exemple de réseaux sociaux décentralisés qui utilisent des forums ou des agrégateurs de contenu. Les informations seront soumises à l’intérieur de la blockchain grâce à une petite quantité de jetons spécifiques à l’écosystème Arweave. Cette monnaie permet de payer les mineurs du réseau qui assure la maintenance et la création. De plus, cette solution va permettre de décourager les spams et de ce fait augmenter la sécurité du réseau.

L’idée présentée par le projet Arweave solutionne et innove en comparaison aux systèmes de stockage centralisés actuels. Il apporte aux individus l’opportunité de s’assurer que les données ne vont pas évoluer dans le temps. Comme un cercle vertueux, si l’incitation à utiliser la cryptographie pour sécuriser des documents augmente alors la valeur du réseau va aussi augmenter.

Arweave met en avant une solution pour une nouvelle ère de l’information, inséparable et liées entre elles, ces données sont et seront les plus sécurisées.

Stocker les données de façon permanente

Stocker les données de façon permanente

Arweave sauvegarde les données durablement permettant aux utilisateurs et aux développeurs de stocker ces données pour toujours, le projet propose un nouveau type de stockage. En tant que disque dur collectif, Arweave n’oublie jamais et offre l’opportunité de garantir la sécurité à une mémoire précieuse pour les dApps ou tout autres informations. La constitution de l’environnement Arweave aujourd’hui :

Permaweb

Au-dessus du réseau Arweave se trouve « le permaweb » qui permet de connecter les utilisateurs et d’offrir du contenu (images ou applications web). Il s’agit d’un Internet permanent qui offre de la crédibilité à l’ensemble de son contenu. Très facile à installer, il s’agit pour tous les utilisateurs d’une extension à ajouter à leur navigateur ainsi que de configurer leur wallet pour utiliser le service. Le web traditionnel comme nous pouvons le connaître aujourd’hui peut faire défaut, d’ailleurs c’est 30% des liens disponibles sur Internet qui sont invalides au bout de deux ans. Permaweb permet d’archiver du contenu pour toujours.

Stocker des données gratuitement

Ardrive

A l’image de Google Drive, Arweave dispose de son propre drive pour le partage de fichier. Tout en étant totalement sécurisé et immuable, le service propose aux utilisateurs une garantie totale et durable de leurs informations. Ardrive se présente comme étant le disque dur privé, sécurisé, décentralisé, permanent et résistant à la censure.

Ardrive

ardrive

Verto

Ensuite, sur la blockchain Arweave on retrouve aussi le projet Verto. Il s’agit d’une plateforme de trading totalement décentralisée créée sur le réseau. Elle offre l’opportunité aux utilisateurs d’échanger des jetons issus des bénéfices et bien plus encore.

Communauté de partage des bénéfices

Cette catégorie permet à n’importe qui au sein de l’environnement Arweave de créer une communauté, une application visant potentiellement à partager les bénéfices. N’importe quelle application peut être construire sur la blockchain, bien entendu en respectant certaines lois et règles en vigueur comme le commerce de détail illégales ou la pornographie par exemple.

Permaweb offre l’opportunité de créer le Web de demain d’une autre façon. Plutôt que d’avoir des services web contrôlés par des entités centralisées, c’est l’occasion de pouvoir décentraliser les applications ou les services. Une communauté de partage des bénéfices pourrait être comparée à une start-up. Sauf que dans le modèle traditionnel, les fondateurs passent leur temps à collecter les fonds quand les contributeurs ont trop peu souvent l’occasion de participer à la gouvernance.

Ce système de communauté avec partage des bénéfices résout les problèmes permettant aux fondateurs de se concentrer sur leurs produits et permettant aux contributeurs de soutenir n’importe quels projets. Quand ils le souhaitent ainsi qu’à n’importe quel moment. Les contributeurs seront remerciés grâce au jeton de l’écosystème qui va leur permettre de disposer d’une capacité de vote dans la gouvernance pour influencer les décisions prises par les projets.

Cette catégorie vise à promouvoir l’idée de créer une toile du peuple, pour le peuple et par le peuple !

Comme le dit le projet Arweave, les utilisateurs peuvent le considérer comme le Airbnb du stockage de données, ceux qui ont de l’espace disque disponible sont mis en relation avec ceux qui ont besoin d’espace de stockage. Des incitations financières sont distribuées aux participants du réseau sous la forme de jetons AR.

Le jeton AR représente la cryptomonnaie de l’écosystème tout entier, qui dispose d’un nombre total de 66 millions d’unités. 55 millions d’AR ont été créés lors de l’édition du bloc de genèse en juin 2018. Les 11 millions supplémentaires à l’image de Bitcoin seront introduits progressivement en tant que récompenses de bloc pour tous les mineurs.

arweave.org

arweave.org

Techniquement

Tout d’abord, l’architecture d’Arweave se construit sur une base de quatre technologies qui fonctionnent ensemble. Il s’agit d’une blockchain capable de proposer un espace de stockage permanent à faible coût et à haut débit pour tous les utilisateurs. Bien que l’ensemble de ces technologies soient quelque peu similaires, chacune joue un rôle central pour la création d’un nouveau réseau de stockage.

Blockweave ou « le tissage en blocs »

Arweave propose une solution innovante afin de faciliter les tâches à réaliser par les nœuds validateurs du réseau. Plutôt que de vérifier l’ensemble de la chaîne de blocs, le projet s’appuie sur deux listes distinctes.

Dans un premier temps, les validateurs doivent s’appuyer sur une liste des anciens hachages de blocs. Cela permet de vérifier les anciens blocs et d’évaluer efficacement les nouveaux blocs potentiels. Le second concept repose sur une liste de l’ensemble des portefeuilles actifs au sein du système. Cette action permet aux nœuds d’accéder aux transactions sans devoir rechercher le bloc dans lequel la dernière transaction a été émise.

Preuve d’accès ou Proof-of-Authority (PoA)

Le mécanisme de consensus utilisé par Arweave s’appuie sur une preuve d’accès (PoA) ainsi qu’une preuve de travail (PoW). A la différence de Bitcoin, qui dépend du bloc précédent pour générer un nouveau bloc, Arweave utilise la preuve d’accès qui distribue un choix aléatoire concernant le bloc précédent.

En réalité, les mineurs n’ont pas besoin de stocker l’ensemble de la blockchain. Le consensus va choisir de façon aléatoire un « bloc de rappel » où les mineurs prendront le hash utilisé dans ce bloc comme étant la base de création. Ce hachage de base sera rappelé dans le bloc que vont créer les validateurs pour le lier avec le nouveau. Lors de la création, le mineur distribue le bloc de rappel avec le nouveau bloc aux autres nœuds. De cette manière ils peuvent s’assurer de la véracité de la création sans avoir accès à l’ensemble de la blockchain.

Wildfire

Sans rentrer dans les détails techniques, le système Wildfire améliore la sécurité, la rapidité ainsi que l’évolutivité de la blockchain. Effectivement, les nœuds se classent en fonction de leurs résultats et de leurs capacités à traiter rapidement des transactions. Les récompenses offertes par le réseau incitent les nœuds à disposer d’un bon classement pour obtenir régulièrement des transactions à traiter.

De ce fait, cela permet d’assurer la sécurité car les nœuds se classent entre eux. Aussi la rapidité car les nœuds plus performants auront tendances à être les premiers du classement. Et pour finir, les meilleurs nœuds du réseau profitent d’une technologie qui ne cesse d’évoluer, assurant l’évolutivité du réseau.

Blockshadows

Arweave introduit une nouvelle technologie appelée « blockshadows » qui évite le gaspillage de données. Ce blockshadows contient un hachage de la liste des portefeuilles ainsi que des transactions initiées à l’intérieur d’un réseau. Grâce à ces informations qui doivent peser quelques kilo-octets, un nœud peut construire un nouveau bloc entier pour la blockchain.

Aujourd’hui, la limite théorique de ce modèle est de 5 000 transactions par seconde, ce qui devrait permettre de ne pas augmenter les frais au sein du réseau pour l’ensemble des utilisateurs.

Conclusion

Le projet Arweave offre quelques innovations afin d’améliorer la rapidité et l’évolutivité d’un réseau de stockage décentralisé. Cela grâce au consensus qui rassemble la PoA ainsi que la PoW pour fonctionner et ainsi améliorer son rendement. Aussi, le débit se voit considérablement amélioré avec la technique des blocshadows. Celle-ci réduit la quantité de données dont a besoin un nœud pour créer un nouveau bloc.

Arweave propose un modèle de stockage pour tous et pour toutes les blockchains existantes afin d’assurer des données permanentes. De plus, de nombreux modèles de communautés autonomes peuvent se mettre en avant grâce à ce protocole. Encore de belles innovations dans le domaine du stockage de données. Les cryptomonnaies et la blockchain peuvent enfin répondre aux problématiques existantes dans l’Internet d’aujourd’hui.

Auteur de l’article :

Crypto-Educ By Stan – « Chancellor on brink of second bailout for banks »

L’homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté

Nos articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Share This