Acala-crypto

Nom de la cryptomonnaie :

Acala

Abréviation :

ACA

Site officielle :

https://acala.network/

Plateforme d’achat :

Binance

Au service de l’interopérabilité, la blockchain Polkadot continue son bonhomme de chemin. Effectivement elle a mis aux enchères environ une centaine d’espaces appelés des « Parachaînes ». Elles vont être utilisées par d’autres projets afin de développer un écosystème tout entier. Que ce soit pour construire des contrats intelligents, des jeux ou un secteur pour la finance décentralisée. Tous ces projets utilisent in fine le même réseau. C’est la blockchain Polkadot qui va les héberger et qui va essayer de créer un environnement interconnecté. Le projet Acala a décroché la première parachaîne du réseau Polkadot.

Plutôt que de se battre pour être le meilleur, Gavin Wood, le patron de Polkadot a décidé de mettre en avant l’interopérabilité afin d’offrir un écosystème pour tous les utilisateurs. Fort des outils déjà en place, les interfaces de programmation, le consensus et l’utilisation, les futurs projets y trouvent leurs comptes. Découvrons qu’est-ce que le projet Acala ? Comment fonctionne-t-il et quel est son objectif pour développer la blockchain de demain.

Une liste de liens accessibles en bas de page est disponible afin de vous diriger vers nos articles qui traitent des sujets similaires. Comme par exemple les articles à propos des contrats intelligents ou d’Ethereum.

L’histoire

C’est en janvier 2020 que Antonia Chen publie le livre blanc du projet Acala. C’est en 2019 à Hangzhou plus précisément en Chine que se sont rencontrés les quatre co-fondateurs d’origine chinoise. Bryan Chen était juge au côté de Gavin Wood lors du premier « Hackathon » de Polkadot. Les contributeurs du réseau Acala font partie intégrante des fondations « Leminar » et « Polkawallet ». De plus, le projet est soutenu par la « Web3 Foundation » dont Dan Reecer anciennement chargé du marketing de Polkadot a repris la main.

Acala débarque sur le réseau Polkadot. C’est le 18 novembre 2021 que le projet décroche un espace de parachaîne. Fort d’un soutien d’environ 81’000 portefeuilles pour 1,3 milliard de dollars récoltés. Les deux écosystèmes se connectent le 18 décembre 2021 est c’est le début du déploiement du projet Acala sur la blockchain Polkadot.

L’idée

Acala souhaite créer un modèle économique innovant pour résoudre un défi commun de développement durable des projets blockchain. L’idée de base c’est l’indépendance grâce à l’ouverture d’un fond souverain décentralisé. En anglais, Decentralized Sovereign Wealth Fund (dSWF) qui fonctionne grâce à sa propre cryptomonnaie pour détenir une réserve étrangère ainsi que des investissements stratégiques.

Un modèle de dSWF bien géré peut pérenniser le projet et permettre d’élever le réseau à un niveau supérieur.

Comme expliqué dans son livre blanc, Acala compare la communication inter-chaînes pour la blockchain au même titre que celle d’Internet pour l’intranet. Polkadot crée un réseau de blockchains publiques, privées et rend possible une véritable interopérabilité. Le projet ouvre la porte à une évolutivité économique et transactionnelle entre tous ces différents écosystèmes rassemblés au même endroit.

L’objectif du projet Acala

Le projet Acala a pour ambition de devenir le leader de la finance décentralisée au sein de l’écosystème Polkadot. Il souhaite lancer des produits comme un AMM (carnet d’ordre automatisé), un programme de liquidité via le staking de jeton DOT ainsi qu’un stablecoin décentralisé.

C’est inédit, Acala deviendra à terme une finance décentralisée inter-chaîne et inter-plate-forme. La situation actuelle au niveau de la DéFi sur Ethereum n’est pas accessible. La demande en matière de contrats intelligents est supérieure à ce que peut supporter le réseau. La blockchain a besoin de scalabilité pour se développer davantage et offrir une expérience utilisateur optimale. Acala grâce à sa compatibilité et son interopérabilité soutient la blockchain Ethereum dans la construction d’une finance décentralisée pour tous.

Que propose Acala ?

Acala est le réseau financier décentralisé et le segment de liquidité de Polkadot. C’est une plate-forme de contrat intelligent de première couche évolutive et compatible avec Ethereum. Le projet optimise la DéFi avec des liquidités intégrées et des applications financières prêtes à l’emploi pour l’ensemble des utilisateurs.

Grâce à son échange sans confiance, son stablecoin décentralisé (aUSD), son programme de liquidité (DOT Liquid Staking (LDOT)) et sa compatibilité EVM+, Acala étonne. Cette parachaîne permet aux développeurs d’accéder au meilleur d’Ethereum et à toute la puissance de Substrate.

Acala déploie la finance décentralisée au sein du réseau Polkadot. Unique en son genre, elle propose un consortium grâce à plusieurs protocoles :

  • Un protocole de stablecoin pour servir de base à la DéFi mise à disposition
  • Le réseau cross-chain d’Acala qui permet de créer une monnaie saine et stable interconnectée
  • Un protocole de liquidité pour les pools de staking

Honzon Protocol

Honzon protocol soutient chaque aUSD en excès par des actifs cryptographiques et stabilise par rapport au dollar américain. C’est un système dynamique de positions de dette garantie (CDP), de gouvernance en chaîne et d’incitation des acteurs clés.

La conception du premier projet de stablecoin décentralisé de chez MakerDAO a inspiré le mécanisme de cet actif. Honzon s’appuie sur un plusieurs critères comme composants essentiels :

  • Un ensemble d’incitations
  • L’équilibrage de l’offre et de la demande
  • Des mécanismes de gestion des risques

C’est de cette manière que la valeur d’un token aUSD reste relativement stable vis-à-vis d’un dollar américain.

Multi-collatéral CDP

Le protocole Honzon utilise un système multi-collatéral CDP pour soutenir les positions. Les garanties peuvent être des actifs Polkadot (DOT) ou des actifs comme ETH ou BTC. De cette manière les utilisateurs peuvent atteindre un niveau d’approvisionnement plus élevé. Chose importante, l’ensemble des stablecoins créés par le réseau Acala peuvent être utilisés et transférés vers toutes les chaînes de Polkadot. Ce qui permet d’augmenter sa liquidité et son utilisation plus fortement plutôt qu’un actif utilisable uniquement au sein d’une seule blockchain.

Chaque CDP ouvert dispose des actifs en collatéral déposés par l’utilisateur qui a créé le token aUSD ainsi que la position de dette associée. Les actifs qui soutiennent la position sont verrouillés et ne peuvent être disponibles qu’une fois la dette remboursée. Les garanties qui supportent les CDP sont toujours surélevées dans le sens où la garantie dépasse forcément la valeur de la dette.

Chose importante pour le projet Acala, contrairement à Ethereum pas besoin d’un liquidateur externe pour surveiller et fermer les positions. Le protocole Honzon utilise le planificateur automatique de Substrate pour automatiser ce processus. Cela permet d’augmenter la sécurité et la stabilité du stablecoin.

Vous pouvez retrouver notre article qui présente le stablecoin DAI pour comprendre le concept de collatéral.

Homa Protocol

Le protocole Homa souhaite apporter une solution au problème d’illiquidité des actifs mis en jeu. Le mécanisme établit un pool de liquidité grâce à la tokenisation des actifs déposés en staking (par exemple L-DOT pour un dépôt de jetons DOT).

L’utilisateur pourra utiliser ses L-DOT comme garantie s’il souhaite emprunter des aUSD par exemple ou les prêter afin de gagner des intérêts. Le jeton L-DOT permet à ses utilisateurs :

  • S’échange contre des DOT à tout moment avec une option de remboursement immédiat ou anticipée
  • Echangeable et liquide sur l’ensemble des chaînes qui composent l’écosystème Polkadot
  • Une gouvernance collective On-Chain décentralisée pour tous les utilisateurs des jetons L-DOT et ACA
  • Staking ajusté grâce à un algorithme afin d’optimiser les rendements et d’assurer la liquidité
  • Mécanisme partagé de sécurité Polkadot, permet de bénéficier d’une sécurité maximale
  • Possibilité d’améliorer le barème des frais pour plus de convivialité au sein de l’écosystème

Le protocole Homa fait partie intégrante de la blockchain Acala, il établit un pool de staking décentralisé où les utilisateurs viennent verrouiller leurs jetons DOT. Grâce à ce staking, ils obtiennent un rendement tout en recevant des jetons L-DOT, liquides et négociables.

Le protocole a la responsabilité de l’émission des jetons L-DOT ainsi que du rachat des actifs sous-jacents. Ainsi que les actifs verrouillés, les participants au staking sélectionnent les validateurs en fonction des disponibilités, gèrent les récompenses et les pénalités.

ACA token

ACA est la cryptomonnaie native du projet Acala. L’offre totale des jetons sera éditée au lancement du réseau principal et stockée dans le pool de réserve prévu à cet effet. Ces jetons remplissent trois fonctions clés pour le réseau Acala :

  • Jeton utilitaire du réseau : Les tokens ACA sont utilisés pour payer les frais de transaction, les frais de stabilité ce qui correspond au taux d’intérêts du prêt aUSD. De plus, ils peuvent aussi payer les pénalités lors d’éventuelles liquidation.
  • Tous les utilisateurs qui souhaitent clôturer un CDP doivent payer des frais de stabilité. Le réseau Acala est en mesure d’accepter d’autres actifs. L’utilisateur pourra les échanger directement contre des jetons ACA.
  • Lors de la réception des jetons ACA, ceux-ci seront brûlés et retirés de la totalité des jetons en circulation. Au fur et à mesure que la demande du marché augmente pour le aUSD et les CDP augmentent, la demande en jetons ACA va suivre. Dans la mesure où les utilisateurs ont besoin du jeton ACA pour payer des frais de stabilité.
  • Pour chaque type de garantie disponible pour les CDP, les détenteurs de jetons ACA doivent voter pour déterminer le ratio de liquidation. Il s’agit du ratio minimum de garantie sur dette requis pour éviter la liquidation d’un CDP ouvert.
  • Lors d’une liquidation, c’est-à-dire que le ratio de collatéral tombe sous le ratio de liquidation, alors le CDP devient risqué. Automatiquement liquidé par un système d’enchères de collatéral où une pénalité de liquidation sera déduite des ventes de garantie. Cette pénalité permet l’achat des jetons ACA dans un échange par le système et ceux-ci seront brûlés définitivement.

Gouvernance du réseau

Le jeton ACA représente le jeton de gouvernance du réseau et ses détenteurs disposent des mises à niveau du système ainsi que des risques et ajustements des paramètres. Le conseil général élu de la chaîne valide ou refuse les mises à niveau.

Solution d’urgence

Si le prix d’un des actifs utilisés pour le collatéral s’effondre entraînant une sous-garantie, les tokens ACA seront automatiquement brûlés et vendus sur le marché pour favoriser la recapitalisation du système.

Conclusion

Le projet Acala continue son déploiement et offre une nouveauté dans le monde de la finance décentralisée. Hébergée par le réseau Polkadot, elle compte bien venir en aide à la blockchain Ethereum.

Deux protocoles Homa et Honzon sont les fondements du projet Acala. Le premier, Homa pour la gestion des pools de liquidités avec la création des L-asset. Le second, Honzon utilisé pour la création du stablecoin aUSD, il travaille à la stabilité de l’actif.

Un projet qui ne manque pas d’ambition, nous suivrons de près les évolutions à venir et le lancement du réseau principal ACALA.

Auteur de l’article :

Stan – « Chancellor on brink of second bailout for banks »

L’homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents