Le cloud décentralisé, l’innovation ultime pour sécuriser ses données

Le monde de la blockchain cache des secrets. De nouveaux domaines d’application voient le jour au fur et à mesure que la technologie se développe. La révolution initiale des méthodes de paiement a bien évolué, la finance décentralisée a vu le jour et de quelle manière. Bouleversant la régulation, les concepts et les idéologies au sujet des banques et de la finance traditionnelle. Les cryptomonnaies continuent d’avancer et de se développer malgré les mauvaises publicités (les risques d’attaques, financement du terrorisme, etc…). Ce ne sont que des excuses pour éviter le changement. D’ailleurs récemment, c’est le domaine de l’art qui est mis en avant grâce aux NFT «Non-Fongible-Token». Mais qu’en est-il du stockage ou cloud storage grâce à la blockchain?

Des méthodes de stockage décentralisé sont disponibles grâce à certains projets et ont des avantages indéniables en comparaison aux systèmes de cloud existants. Augmentation de la sécurisation, gain d’espace et gain de temps? Est-ce les databases du futur? Découvrons ensemble dans cet article quelques projets qui visent à offrir des espaces de stockage en ligne grâce à la blockchain.

Une liste de liens accessibles en bas de page est disponible afin de vous diriger vers nos précédents articles qui traitent des sujets abordés dans cet article. Comme par exemple l’article au sujet de la blockchain 4.0 ou d’un consensus.

Définition des concepts de base

Le cloud storage

Le cloud storage, littéralement le stockage en nuage, est un modèle de stockage pour les données informatiques. Les données sont disposées dans ce qu’on appelle des pools logiques, ce qui se définit par «cloud». Une société gère l’hébergement, le stockage s’effectue sur plusieurs serveurs.

Le big data, les données massives

Le big data, ou les données massives en français désignent une quantité d’informations volumineuses. Les caractéristiques de ces données imposent l’utilisation de technologies et de méthodes analytiques pour pouvoir les analyser et les traiter. Ce traitement est réalisé de manière parallèle par plusieurs machines en même temps et crée de la valeur ajoutée.

L’Internet des objets connectés

L’Internet des objets connectés (Internet of Things – IoT en anglais) désigne l’interconnexion entre des objets du quotidien, une montre, un jouet ou un bracelet par exemple. Ces objets peuvent être connectés entre eux ou directement à Internet. L’appellation désigne un nombre de plus en plus important d’objets connectés, ceux-ci créent une communication entre nos biens dits physiques et leurs existences numériques.

Nous souhaitions vous présenter ces trois fondamentaux afin d’expliquer de quelle manière les projets de stockages sur la blockchain pourraient être utiles.

Il est vrai que le nombre d’objets connectés autour de nous ne cesse d’augmenter, montre connectée, smartphone, ordinateur portable, horloge connectée, voitures etc… La technologie ne cesse de se développer et de s’améliorer, c’est ce qu’on appelle l’Internet des objets connectés. Accentuer la communication entre ces appareils afin de faciliter notre quotidien.

Prenons un exemple, Gilles fait un régime, il sauvegarde les menus fournis par sa diététicienne sur sa tablette. Lors de ses séances de sport, il utilise sa montre connectée qui va interagir avec sa tablette et sauvegarder les résultats de ses séances. La tablette pourra lui communiquer les prochains objectifs à réaliser en fonction de ses précédentes séances. En parallèle, il doit se peser trois fois par semaine, lorsqu’il monte sur la balance, les résultats seront automatiquement mis à jour sur sa tablette. Il pourra suivre l’état d’avancement total de son régime du début jusqu’à l’atteinte de ses objectifs.

Ce n’est pas un problème selon l’utilisation que nous en avons. Cependant, la confidentialité, la gestion des données numériques sont les enjeux d’aujourd’hui. Comment gérer les données massives émises de tous ces appareils? Comment les stocker, comment les sécuriser? Ce sont les questions d’aujourd’hui et certains projets grâce à la blockchain tentent de proposer une solution pour les utilisateurs.

La blockchain et le stockage de données

Pour la rédaction de cet article nous nous sommes inspirés de trois projets majeurs qui représentent l’univers du stockage grâce à la blockchain.

La naissance des projets

Globalement, les premiers livres blancs au sujet des projets de stockage à l’aide de la blockchain ont fait leur apparition en 2014. L’idée était d’utiliser les espaces disponibles pour proposer un système de sauvegarde décentralisé. Ces projets ont compris combien la blockchain pouvait être un levier pour créer un réseau cloud décentralisé.

Ces projets disposent tous d’une longévité dans l’écosystème blockchain depuis maintenant 7 années. Le mieux placé, Filecoin est en 23ème position du Coinmarketcap en matière de capitalisation. Elle s’élève à environ 7Mds$ pour un volume journalier autour des 1,2M$. Les autres projets ne sont pas en reste, puisqu’ils sont proches du TOP 100.

L’objectif du cloud décentralisé

Ces projets disposent d’une plate-forme de stockage en nuage. Les blockchains utilisent un réseau décentralisé de nœuds pour héberger les données des utilisateurs. Les données cryptées assurent la confidentialité et la sécurité. Les utilisateurs qui disposent d’une bonne connexion internet peuvent mettre à disposition de l’espace de stockage pour participer au développement du réseau.

Les blockchains veulent à long terme concurrencer les solutions de stockages existantes telles que Dropbox, Google Drive et les grandes entités centralisées d’aujourd’hui comme Microsoft, Amazon ou Google. L’objectif à long terme est de devenir la solution majeure dans l’écosystème des données massives et des data bases.

Le fonctionnement d’un cloud

Les utilisateurs peuvent soit mettre à disposition de l’espace de stockage, soit demander l’hébergement des données.

1. Les nœuds

Si vous souhaitez mettre à disposition de l’espace de stockage vous devenez un nœud de l’écosystème, bien évidemment, les règles d’acceptation pour mettre à disposition varient de projet en projet. De manière générale, il faut disposer d’une bonne connexion internet afin de répondre à la demande des clients rapidement. L’exécution d’un mineur Filecoin par exemple est une tâche hautement technique avec des exigences matérielles élevées, nécessaires pour compléter les preuves nécessaires. Les nœuds appelés mineurs, semblable à la preuve de travail de Bitcoin. Ce sont eux qui assurent la sécurité, la rapidité et la confiance de la blockchain.

Les nœuds seront récompensés pour la mise à disposition d’un espace de stockage, pour la validation des transactions (pair-à-pair) et pour sécuriser le protocole. Il y a deux systèmes de rémunération:

  • Les utilisateurs payent des frais de transactions pour crypter leurs données et pour la conservation des fichiers hébergés, semblable au paiement pour recourir à un service
  • Lors de la création d’un nouveau bloc par le réseau, les mineurs sont remerciés par le protocole

2. Les utilisateurs du réseau

Les utilisateurs du réseau, particulier ou entreprise disposent de solutions de stockages cryptées. Ces solutions apportent confidentialité et sécurité grâce à un système de hachage connu dans le monde de la cryptographie. Le processus de soumission des données est un système pair-à-pair entre l’utilisateur et le nœud du réseau, c’est-à-dire que les deux entités se font confiance. La confiance est retranscrite à l’intérieur de contrats intelligents utilisés pour faire fonctionner le protocole.

Le consensus d’un cloud décentralisé

Présentons le consensus le plus régulièrement utilisé dans ce type de blockchain de stockage. Il s’agit de la preuve de réplication et de la preuve d’espace-temps.

1. Preuve de réplication

La preuve de réplication ou Proof-of-Replication (PoRep) en anglais est un système de preuve interactive dans lequel l’utilisateur qui souhaite prouver défend une affirmation vérifiable publiquement. Cette affirmation doit consacrer des ressources uniques au stockage d’une ou de plusieurs répliques récupérables d’un fichier de données.

2. Preuve d’espace-temps

La preuve d’espace-temps ou Proof-of-Space (PoS) en anglais peut-être aussi appelée Proof-of-Capacity (PoC). La principale utilité de cet algorithme est de permettre aux différents périphériques d’utiliser l’espace disque disponible. Il aide à la prise de décision concernant les droits d’extractions.

Les nœuds du réseau vont utiliser l’espace disponible sur leur disque dur pour extraire des cryptomonnaies. Plus la taille du disque est grande, alors plus la taille des multiples des solutions correctes peut y être stockée. À l’image des mineurs de bitcoin qui vont utiliser la puissance de calcul pour déchiffrer des algorithmes complexes, ici on utilise l’espace libre pour miner.

Pour aller plus loin

1. La décentralisation

Afin de gagner en confidentialité, sécurité, rapidité, les fichiers initiaux peuvent être divisés par 30. Cela s’appelle la méthode du sharding, le partitionnement afin d’améliorer la rapidité, la scalabilité de la blockchain. Mais cela améliore drastiquement la décentralisation puisque vos fichiers peuvent être à 30 endroits différents.

2. La sécurité

Comme nous l’avons vu, la décentralisation est améliorée, c’est-à-dire que peu importe si un tremblement de terre intervient en Asie ou si un feu dévaste les États-Unis. Tant que 1 nœud sur 3 est opérationnel, alors la blockchain pourra toujours récupérer les données.

3. La réputation

La réputation des nœuds de stockage peut être divisée afin de toujours améliorer les performances de la blockchain. Par exemple, un système d’identité de preuve de travail, processus de vérification initial, système de filtrage ou de préférence.

Cela permet la division des tâches, mais surtout, ce système assure qu’aucun nœud ne sera malveillant puisqu’une tâche n’est pas réalisée uniquement par un seul nœud.

Conclusion

Les blockchains de stockage proposent des solutions alternatives à moindre coût, plus rapides et plus sécurisées que les modèles existants. Les données cryptées ainsi que la décentralisation du réseau blockchain permet d’augmenter drastiquement la sécurité. Ainsi que la division des tâches pour les nœuds qui accentue la réputation du réseau et prévient des acteurs malveillants. Le partitionnement, accélère les transactions et le téléchargement des données. La blockchain et les contrats intelligents offrent une alternative aux solutions centralisées actuelles. Trop risqué et trop peu à l’écoute des utilisateurs.

Dans les années à venir avec l’augmentation des objets connectés et des données digitales, il sera difficile de se passer de ce type de blockchain de stockage.

Auteur de l’article :

Stan – « Chancellor on brink of second bailout for banks »

L’homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté

Nos dernières vidéos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.